in , ,

Facebook empêche les développeurs d’utiliser leurs données pour la surveillance

Facebook a empéché  les développeurs de logiciels lundi d’utiliser les données du réseau social massif pour créer des outils de surveillance, fermant un processus qui avait été exploité par les services de police américains pour suivre les manifestants.

Facebook, son unité Instagram et Twitter rival sont venus sous le feu, l’année dernière, des défenseurs de la vie privée après American Civil Liberties Union a déclaré dans un rapport que la police utilisait des données de localisation et d’autres informations pour espionner les manifestants dans des endroits comme Ferguson.

En réponse au rapport d’ACLU, les entreprises ont fermé l’accès aux données de Geofeedia, un fournisseur de données basé à Chicago qui a dit qu’il travaille avec les organisations pour « tirer parti des médias sociaux », mais la politique de Facebook n’avait pas explicitement interdit un tel usage des données à l’avenir.

« Notre objectif est de rendre notre politique explicite », a déclaré Rob Sherman, responsable de la protection des renseignements personnels de Facebook, dans un message publié lundi sur le réseau social. Il n’a pas été immédiatement disponible pour une entrevue.

Le changement aiderait à construire « une communauté où les gens peuvent se sentir en sécurité faisant entendre leurs voix », a déclaré Sherman.

Des manifestations raciales ont éclaté dans la banlieue de Ferguson, à St. Louis, à la suite de la fusillade en août 2014 de l’adolescent noir Michael Brown par un policier blanc.

Dans un message électronique de 2015, un employé de Geofeedia a annoncé son « grand succès » couvrant les manifestations, selon le rapport de l’ACLU basé sur les documents gouvernementaux.

Les représentants de Geofeedia n’ont pas pu être immédiatement contactés lundi. La société a travaillé avec plus de 500 organismes d’application de la loi, a déclaré l’ACLU.

Le chef de la direction de Geofeedia, Phil Harris, a déclaré en octobre que la société s’engageait à protéger la vie privée et qu’elle travaillerait à renforcer les protections des droits civils.

Les principales plateformes de médias sociaux, y compris Twitter et YouTube d’Alphabet Inc. ont pris des mesures ou mis en œuvre des politiques similaires à celles de Facebook, a déclaré Nicole Ozer, directrice de la politique des libertés civiles et politiques à l’ACLU du nord de la Californie.

Ozer a fait l’éloge de l’action des entreprises, mais a déclaré qu’ils auraient dû arrêter un tel usage des données plus tôt. « Il ne devrait pas prendre une demande de dossiers publics de l’ACLU pour ces entreprises de savoir ce que font leurs développeurs », a-t-elle dit.

Malkia Cyril, directrice exécutive du Center for Media Justice, un organisme à but non lucratif qui s’oppose à l’utilisation par le gouvernement des médias sociaux pour la surveillance, ne permettait pas non plus de savoir comment les entreprises appliqueraient leurs politiques.

À l’intérieur des sociétés, « y a-t-il une volonté, sans pression constante des activistes, de faire respecter ces règles ?», A déclaré Cyril.

What do you think?

23 points
Upvote Downvote

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chargement & hellip;

Qu’est-ce que la 4G?

Le nouveau campus proposé par Google est une tente géante